Une identité sonore pour les Permanences de la littérature

Les étudiants de 3ème année du Bachelor « Son », option Audiovisuel, se sont vu confier la conception d’un habillage sonore pour le compte du Festival « Ritournelles » des Permanences de la littérature. A partir de témoignages contemporains pré-enregistrés, ils avaient à composer une dizaine de capsules radiophoniques visant à donner voix à ces œuvres littéraires.

Le Festival Ritournelles, organisé par l’association des « Permanences de la Littérature », a pour enjeu de promouvoir la littérature contemporaine à travers des actions transversales et pluridisciplinaires associant arts et écriture. Cette initiative favorise, par ses activités de festivals, de résidences et de sensibilisation, le croisement des pratiques artistiques et s’intéresse aux nouveaux espaces d’expérimentation autour du langage. Les Permanences de la littérature visent ainsi à susciter des découvertes, des rencontres et des échanges entre écrivains, artistes et publics.

La commande consistait en la création de jingles et virgules radiophoniques. L’enjeu étant de réussir à s’adapter à des textes littéraires pré-existants afin d’obtenir un ensemble cohérent avec une identité « contemporaine ». Cet exercice a donné aux étudiants l’opportunité de développer leurs compétences et connaissances professionnelles en effectuant un travail de mixage en post-production audio et MAO (Musique Assistée par Ordinateur) au moyen du logiciel Pro Tools : le logiciel de référence de cette profession. Le travail de nos étudiants, diffusé tout au long du Festival sur la webradio de Ritournelles, a notamment été mis en avant lors de l’après-midi « Les étudiants de Bordeaux investissent Radio Ritournelles » ayant eu lieu face au public à la Bibliothèque de Bordeaux.

3iS remercie grandement Marco Gomes, intervenant chez nous et compositeur professionnel de musique orchestrale et électronique, pour l’organisation et la mise en œuvre de ce partenariat. Nous remercions également grandement Marie-Laure Picot et Rosanne Coutaud, en charge de l’organisation et de l’animation de ce Festival des Permanences de la littérature, pour la confiance qu’elles nous ont accordé. Et c’est avec un immense plaisir que 3iS poursuivra ce partenariat l’an prochain, pour les 20 ans de cette belle action culturelle bordelaise.


Découvrez leurs réalisations sonores sur notre Sound Clound :


Comment s’est mis en place ce partenariat ?

Marco Gomes : « Les Permanences de la littératures nous ont  contacté afin de proposer aux élèves un projet de création pour la radio du festival Radio Ritournelle.  Dans le cadre de ce partenariat l’objectif des étudiants spécialisés en son/audiovisuel était de réaliser une dizaine de virgules radiophoniques à vocation contemporaine, d’une durée de 10 à 30 secondes ».

Comment s’est organisé / décomposé leur travail ?

Marco Gomes : « Après une présentation du projet aux étudiants et une discussion autour des outils et des possibilités de création, des groupes de travaux ont été constitués.

Ensuite la première tâche des étudiants a été un travail d’écoute et de tri. En effet, Radio Ritournelle nous a fourni des enregistrements de lectures ou d’interventions diverses de différents auteurs. Avec plus de 20 gigas de données, les groupes ont pu prendre le temps de s’inspirer et de s’orienter vers une idée de création.

Selon les personnalités certains ont pu être déstabilisés par la stylistique très contemporaine du projet. Mon rôle a donc été de les guider vers les potentialités que leur offraient les sources mises à leur disposition et la manière dont elles pouvaient être utilisées, aussi bien d’un point de vue créatif que technique.

L’idée principale a été de mettre en avant l’aspect narratif tout en sublimant les mots ou les discours, en jouant avec les sons, les textures, les mélanges. Car le même auteur n’était pas forcément conservé tout au long de l’extrait audio. En plus de créer une ambiance les élèves avaient donc la chance de pouvoir inventer leur propre histoire en mêlant différents auteurs, différentes voix, différents propos. Une très grande liberté leur a été offerte, ils ont donc pu laisser libre court à leur imagination.

En tant que formateur mon rôle a été de les guider tout au long du processus de création, de l’idée à la réalisation, en stimulant leur créativité et en les conseillant sur des points méthodiques et techniques tels que les outils et leurs procédés d’utilisation ».

Quel était l’objectif pédagogique ? Qu’ont-ils appris et quelles difficultés ont-ils rencontrés ?

Marco Gomes : « L’objectif était de pouvoir répondre à une commande de façon professionnelle, en respectant un cahier des charges et des délais. Cela leur a appris à s’adapter à une demande à laquelle ils n’auraient peut-être pas osé répondre en restant dans leur zone de confort et leurs affinités stylistiques.

Ce fût donc un exercice assez compliqué, selon les profils, mais je suis fier d’eux car ils ont fait preuve d’une bonne capacité d’adaptation et d’ouverture. Ils ont été investis et motivés ce qui se retrouve dans les productions finales ».


Avec la participation des étudiants : Louis AUGER, Antoine HARDY, Tanguy LABURTHE, Pierre LEBAILLY, Tom PREVOST, Victor RUELLOUX, Sébastien GACHES, Nathan GALINIER, Vincent MIOT SERTIER, El hadji MLAMBEOU, Quentin PETIT, Coline SICRE et Thibault UNIQUE.